Les Citernes

Installation visuelle et sonore dans le paysage

Réalisation : Edwine Fournier & Olivier Toulemonde

Production : Pronomade(s) en Haute-Garonne – juillet 2011



Cette installation est née d'une résidence dans le village de Sauveterre-de-Comminges, dont les finalités consistaient à travailler sur le paysage et à y laisser une trace du travail effectué. Dés le début du projet, la Citerne s’est imposée comme un objet incontournable du paysage. Celui-ci est en grande partie façonné par l'agriculture ; la Citerne, comme outil essentiel de l'élevage, tisse donc un lien particulier entre «paysage humain» et «paysage naturel».



Les 7 boîtes cinématographiques de la Citerne, que l'on trouve sur les chemins de la commune, sont les témoins d’un vécu qu'Edwine Fournier et Olivier Toulemonde ont partagé, pendant deux années, avec les habitants du village.


Ces boîtes constituent une collection de balises permettant aux marcheurs, voisins, touristes, habitants ou vacanciers de s’orienter et d’orienter autrement leur regard sur le paysage.


 


Chacune d'elles abrite un petit film du type « flip-book », que l'on peut actionner à l'aide d'une manivelle, à la manière des vieux cinématographes, ainsi qu'une séquence sonore.


Les films décrivent chacun une histoire dans le paysage, racontée par une danseuse et une citerne. Les sons évoquent l'histoire de la citerne dans le paysage à travers des témoignages poétiques d'habitants, tel celui d'un jeune agriculteur de 9 ans qui nous fait visiter la ferme qu'il a construite dans sa chambre, ou l'explication passionnée de son métier, par une éleveuse de citernes...


Les boîtes cinématographiques sont alimentées par un panneau solaire et sont donc autonomes en énergie. Le son et l'éclairage du flip-book sont déclenchés lorsqu'un visiteur tourne la manivelle.

 

Extrait sonore : La Ferme de Paul

Article La Dépèche - août 2011 : En bas du chemin, au Barry, en plein bois de Lalanne, ou encore sur la place du marché de Bruncan, et même à l'extrémité de Gège, l'objet tient du périscope, de la cocotte-minute ou d'une balise automatique. Monté sur une colonne ancrée dans un bloc en béton, c'est une des sept boîtes cinématographiques de la Citerne qui jalonnent le territoire de la commune de Sauveterre, érigées en témoin d'un vécu avec les habitants qu'ont partagé pendant deux ans, Edwine Fournier, danseuse chorégraphe, et Olivier Toulemonde, créateur sonore. « Au printemps 2009, Pronomade(s) nous y confie une commande artistique : inventer un parcours et laisser des traces de notre passage dans le paysage », se souvient Edwine. « On avait carte blanche ». Un véritable défi pour ce duo qui n'a jamais travaillé ensemble et qui découvre leur futur terrain d'aventures. « On a flotté un peu au début, on a circulé beaucoup, et d'un seul coup, la citerne, cette tonne à eau que laissent les paysans dans les champs pour le bétail, nous est apparu comme un objet incontournable du paysage de Sauveterre-de-Comminges. » Durant leurs séjours sur place (ils sont du Nord de la France et de Belgique), l'objet citerne y devient alors leur cheval de bataille qu'ils enfourchent, tirent, visitent de l'intérieur, et mettent en scène, de Montréjeau Boucou à Ilhan, de Bruncan au Barry en passant par Lôo, Garnère ou Gège, autant de hameaux de Sauveterre où l'improbable duo tisse des liens de plus en plus complices avec les habitants. De doux dingues au début, à la recherche d'un dindon pour danser le tango, les voici collecteurs de témoignages auprès d'Henriette, Marie-Louise, Christine ou Juliette. Autour de citernes de tout calibrage, ils scénarisent des historiettes en images, Le vélo et la citerne, Les vaches, La naissance du bébé citerne, Les tournesols, La citerne fugueuse, ou encore Le renard et la citerne, celles qu'on trouve aujourd'hui aux quatre coins du paysage. Dresseurs de citernes, plus qu'éleveurs, Edwine et Olivier ont même impulsé un concours mondial de citernes décorées qui a connu sa deuxième édition en juin dernier. La légende du Pays des citernes est en marche.

 
© 2014 Olivier Toulemonde